USC Karaté Shotokai

Bonjour a tous! Ce forum est ouvert a toutes personnes souhaitant discuter du karaté, sous n'importe laquelle de ses formes, meme si il privilégie le shotokai :)
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Qu'est ce que le shotokaï?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 06/06/2015
Age : 28

MessageSujet: Qu'est ce que le shotokaï?   Mer 23 Déc - 19:03

Voici un article qui en parle mieux que je ne le pourrai Smile

A la recherche de la souplesse et de la décontraction…

L'entraînement d'Egami sous la direction de Maître Funakoshi avait fait de lui un personnage physiquement puissant. Bien qu'il soit capable d'exploits surprenants, il n'était pas entièrement satisfait de son tsuki (coup de poing). Il décida de le comparer à celui de nombreuses autres personnes. Il en vint à la conclusion que les coups des Karatekas n'étaient pas très efficaces.

 Il réalisa alors que les Karatekas (à commencer par lui-même) utilisaient la force physique seule en étant bien trop contractés : ils avaient la sensation d'être forts, parce qu'ils ressentaient la force à travers leurs bras contractés, mais la puissance alors retenue n'était pas complètement transmise quand ils exécutaient des techniques.

Maître Egami analysa ce phénomène et se rappela la manière dont Maître Funakoshi exécutait son Tsuki. Il comprit alors que la puissance ne venait pas de la force physique, mais de la décontraction. Cependant, une précision s'impose ici quant à la terminologie employée : décontraction ne signifie pas douceur. Par la suite, nous ferons la différence entre ce que nous appelons contracté et tendu. On reliera en général des termes comme contracté avec la notion paralysie et tendu avec la notion de la fermeté.

Un exemple qui illustre bien ceci est la manière de manger avec des baguettes : si vous les serez trop forts, vous les cassez, ou bien vous ne pouvez pas attraper le petit grain de riz sans le broyer. Si vous serez les baguettes trop mollement, la nourriture glisse et vous échappe. La bonne manière est de les tenir fermement, ni trop fort, ni trop mou.

Un autre exemple est d'expliquer comment quelqu'un utilise sa force pour s'appuyer contre un mur (en s'aidant d'un seul bras). Vous n'avez ni besoin de contracter les muscles du bras à l'extrême, ni de les relâcher mollement. Vous utilisez naturellement la force minimale nécessaire pour empêcher votre corps de s'affaler contre le mur. Essayez, trouvez la position qui requiert le moins effort musculaire possible…

Ceci nous permet d'enchaîner directement sur la manière dont nous nous tenons en Shotokai (posture du corps). L'exemple du mur montre que le plus efficace (c'est-à-dire qui en demande le moins un effort musculaire, mais qui nous empêche de tomber) est de faire en sorte que ce soit le corps tout entier qui participe à supporter le poids. En d'autres termes, si tous les groupes musculaires du corps sont mobilisés pour supporter le poids du corps, c'est au moins aussi efficace que d'avoir un des groupes musculaires sur- développé .

C'est pourquoi nous adaptons ce genre de posture dans presque toutes nos techniques et déplacements. Quelques exceptions sont faites à certains mouvements de katas qui ont été codifiés (et largement développés se pour les techniques du Shotokan), mais nous nous efforçons de les rendre aussi efficaces à la manière Shotokai, dans la suite, nous comparerons notre technique au Shotokan, même s'il existe de nombreux autres styles de karaté, car on peut dire que nous avons tous la même origine Shotokan, y compris le Shotokai).

Techniquement, le style Shotokai vise à des mouvements souples, fluides, rapides et puissants. Dans une première approche et pour parvenir à ce but il faut adopter des postures basses, se tenant de profil et d'effectuer des mouvements du corps amples dans nos déplacements (mais ample ne signifie pas lent : un mouvement ample peut être extrêmement rapide, c'est un problème de coordination). Ceci nous permet de rejeter la sensation de contraction du corps comme dit précédemment, à condition de savoir ce que l'on fait (conscience du corps). Cependant, on doit toujours garder présent à l'esprit que ce que nous faisons est un art martial, c'est-à-dire que ce doit être efficace pour ce qu'on doit faire. Ceci nous amène au second point essentiel des buts recherchés en Shotokai.

Maître Egami avait dans l'esprit que le Shotokai était plus une sorte de laboratoire de recherche plutôt qu'un nouveau style de karaté. Même dans son livre (Karaté beyond technique - Karaté au-delà de la technique), il ne parle ni de Shotokan ni de Shotokai. Il parle seulement d'anciennes et de nouvelles formes de karaté do. En accord avec cette philosophie, les karatekas de toutes tendances devraient toujours être critiques envers ce qu'ils font et pas simplement répéter et ingurgiter tout ce que leurs professeurs disent.

On peut dire que pour s'améliorer soi-même, chacun doit comprendre et savoir ce qu'il fait, plutôt que répéter bêtement des gestes codifiés. Maître Egami lui-même fit le premier pas (en tant qu'élève de Maître Funakoshi), remettant en question tout ce qu'il avait appris, et en pensant à une manière de l'améliorer. Cette façon de penser à toujours été la clé du travail de Maître Egami, jugeant et remettant en question constamment sa propre technique. Maître Tetsuji Murakami dut également mettre tout en cause, ayant pratiqué le Shotokan pendant de nombreuses années avant de se tourner vers le Shotokai.

On peut souligner ici que ce but peut être atteint par un travail personnel, et que les professeurs sont là seulement pour aider les pratiquants à trouver cette voie. Il est fréquent de voir des gens en admiration devant le travail d'un grand maître et d'avoir pour unique but d'arriver à un niveau comparable sans penser à ce que ce grand maître avait à l'esprit. En d'autres termes, nombreux sont ceux qui s'arrêtent là où les maîtres pensaient que ce n'était que le début.

L'autosatisfaction est toujours ce qui empêche les gens d'évoluer. Cela ne pas dire que vous n'avez pas le droit d'être satisfait de vous-même quand vous pratiquez les arts martiaux, mais qu'on devrait toujours avoir la volonté de s'améliorer encore et encore. C'est ce que nous essayons de faire, non sans mal… et la route est encore longue.

 Bien que l'entraînement aux arts martiaux doit être travail personnel, un autre point très important n'est pas à négliger: la communication. La meilleure façon d'éviter l'attaque d'un adversaire (dans un combat réel) serait de commencer à réagir après que ce dernier a eu l'intention de bouger, mais après qu'il commence effectivement à le faire. Cela fait partie de la notion d'irimi. Quant on travaille en ippon Kumité (travail à deux), nous devrions toujours essayer de lire au plus profond de l'esprit de notre partenaire, essayer de ressentir cette harmonie subtile : il veut bouger, je suis prêt à bouger aussi. C'est une des autres difficultés auxquelles nous nous sommes confrontés, mais cela fait également partie du travail : réunir la volonté de esprit et la maîtrise du corps tout entier.




source: http://shotokai.marseille.free.fr/le%20style%20shotokai.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://usckarateshotokai.forumactif.org
 
Qu'est ce que le shotokaï?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sylvain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
USC Karaté Shotokai :: Présentation :: Le club-
Sauter vers: